Faut-il une loi pour interdire les Violences Educatives Ordinaires ?

publié le 21 avr. 2016 à 01:20 par Association DANS LES BRAS   [ mis à jour : 21 avr. 2016 à 03:02 ]
gifles_et_fessees
Le 20 avril 2016, Metronews publie un article pour appeler les français au vote : POUR ou CONTRE une loi interdisant les gifles et fessées :

"SONDAGE - Trois députés s'apprêtent à déposer devant l'Assemblée nationale une proposition de loi pour "abolir la violence faite aux enfants". L'idée est de compléter la notion d'autorité parentale dans le code civil, en excluant "tout traitement cruel, dégradant ou humiliant, y compris tout recours aux punitions corporelles", et donc les gifles et les fessées. Et vous, qu'en pensez-vous ? Metronews vous invite à donner votre avis en fin de cet article" http://www.metronews.fr/info/votez-violence-faite-aux-enfants-faut-il-une-loi-pour-interdire-les-gifles-et-les-fessees/mpdt!kc6vhsLbiYR4g/

Ce qui est assez effarant ici c'est qu'à peine 30% des français votant se trouve actuellement favorable à une loi contre les VEO alors que presque 80 % des français votant sont contre !! Ceci montre l'étendu du problème !

Pourtant il devient urgent d'avoir désormais une loi anti VEO, non répressive mais dissuasive ; car évidemment qu'il ne s'agit pas ici de mettre les parents en prison pour une fessée en public, mais d'avoir chacun le droit déjà d'intervenir pour aider le parent comme l'enfant en difficulté ! Afin surtout de ne plus entendre d'un parent : "C'est mon droit, je l'élève comme je veux !" et continuer de frapper son enfant, alors qu'on lui interdirait de frapper sa femme, son mari ou son chien...

Alors, oui comme pour tout, certaine loi de protection des populations (comme celle contre la cigarette dans les lieux publiques, les limitations de vitesse, le PACS ou le mariage pour tous, etc.) ne sont pas toujours très populaires au départ ! Car peu de gens y voient un réel intérêt, avant de se rendre compte qu'elles améliorent finalement leurs vies, préviennent certaines dérives, permettent surtout un débat médiatique et donc plus d'informations et de sensibilisation du public vis à vis d'abus comme ici... Il est vrai que les termes "Violences Éducatives Ordinaire" peuvent blesser certains parents qui en ont eux-même probablement été les premières victimes en les subissant plus ou moins souvent étant enfant, et ont oublié surtout (ou préfère oublier) alors leurs propres ressentiments, humiliations, peurs, frustrations après des coups portés par des êtres qu'ils aiment profondément au départ...

C'est pourtant comme cela que les relations se ternissent petits à petits, que les maladresses d'abord puis les malentendus ensuite s'installent au fil du temps, que les gestes et paroles blessantes finissent un jour adulte par éteindre cet amour réciproque. Ces violences qui ne s'arrêtent pas qu'à l'adolescence quand l'enfant de plus d'une tête que ses parents leurs répondra si violemment que plus personne n'osera alors le frapper... et encore ! Non, ces violences deviendront de plus en plus dures verbalement et les familles se décomposeront progressivement, s'éloignant toujours davantage. Alors les vieux finiront seuls, sans personne, sans famille, dans des maisons de retraite isolées où ils finiront eux-même par subir d'autres sortes de Violences Ordinaires, pendant que leurs petits enfants recevront à leur tour des baffes de leurs parents, etc.

Réfléchissons-y bien, il est grand temps de briser le cercle enfin les violences initiales et ordinaires en France !

_______________________________________

Vidéo YouTube

Enfin nous terminerons par cette vidéo qui relate des faits divers au Canada, au Québec où "le taux d'enlèvement par habitant est 2.5 fois plus élevé qu'en Suède, 6 fois plus élevé qu'en Grande-Bretagne et 17 plus élevé qu'en Espagne." - : https://www.youtube.com/watch?v=GdBZNvzLZFw

Cela illustre parfaitement bien ici le type même de percussions actuelles et d'abus de pouvoir du milieu médical, et social aussi via certaines assistantes sociales en France, vis à vis des parents jugés arbitrairement de maltraitances sur leurs enfants (véritable machine à broyer en action). Dans notre pays aussi, nos services sociaux et/ou médicaux (payés avec NOS impôts) se permettent de poursuivre abusivement, de diffamer et de maltraiter eux-même certains parents juste sur des suspicions totalement fausses et infondées... Ils n'ont donc pas besoin d'une loi anti VEO pour cela, vu qu'elle n'existe pas encore déjà et vu qu'ils sont eux même dans les Violences Ordinaires aux patients comme on peut parfaitement le voir ici même !

Voilà donc pourquoi il nous faut une loi plus claire désormais sur les Violences Éducatives Ordinaires, afin de mieux protéger autant les enfants que les parents de ces dénonciations calomnieuses et définir un cadre d'action, les circonstances, les récidives, la prévention surtout, etc. Sinon justement on reste dans le flou artistique le plus complet et les abus se poursuivront encore comme dans certains hôpitaux et autres...

Actuellement, il faut dénoncer les abus de telles poursuites administratives ou familiales, puisqu'on voit bien qu'ici comme ailleurs, avec ou sans loi anti "claques, fessées et autres VEO", les signalements de maltraitance s'appliquent n'importe comment, envers n'importe qui et n'importe où ! Par contre, les citoyens français n'ont toujours eux AUCUNE possibilité concrète de signaler les cas graves de VIOLENCES ÉDUCATIVES ORDINAIRES comme d'ABUS et MALTRAITANCES des services médicaux et sociaux de leur pays !

Alors oui ! Effectivement, ce type d'erreurs aux conséquences plus ou moins graves et traumatisantes pour petits et grands peut arriver demain à TOUT le monde. Voilà pourquoi il est grand temps que certaines personnes ayant ou non un minimum de pouvoir (acquis selon un cadre précis et définis par des règles éthiques et des lois) cessent de se permettre d'outre passer leurs fonctions et de juger ainsi sans chercher à savoir d'abord la vérité (sans preuves, ni jugement, ni même avocats). En agissant ainsi, ces médecins dépassent largement leurs engagements de protection des populations et non d'accusations gratuites et néfastes des parents et des enfants ou adolescents ! C'est grave, très grave ce qui se passe aujourd'hui... ici comme là-bas ! Donc il nous faut agir ensemble et exiger une loi qui encadre et définisse plus clairement tout cela ; pour éviter justement tous les types de signalements abusifs de maltraitance à mineurs, qui arrivent bien trop souvent aussi en France !

Vous comprendrez mieux maintenant à la lecture de cette vidéo bouleversante pourquoi il est grand temps de mieux légiférer là-dessus ! Pas uniquement pour protéger les enfants mais aussi les parents d'éventuelles dénonciations abusives, diffamations et malveillances de leur entourage, voisinage comme de professionnels ou d'administrations...