Les écoles alternatives

L'école de nos rêves

- Les professionnels en parlent...

Vidéo YouTube

Chacun, même étant enfant, a dû un jour imaginer l’école de ses rêves. Pour certains adultes devenus ensuite enseignants ou même architectes, elle pourrait ressembler, par exemple, à cela : http://edito.seloger.com/lifestyle/ca-buzz/l-ecole-pour-enfants-de-demain-elle-existe-deja-tokyo-article-5410.html

En effet, dans cette école parfaitement circulaire et très novatrice au Japon à Tokyo, existe la plus mignonne des maternelles au monde, conçue par l'architecte Takaharu Tezuka. Les enfants de cinq ans y apprennent la coopération "dans les embouteillages" et des lucarnes sont prévues "pour le Père Noël", des arbres où s'accrocher percent les toits, aucun mur, ni meuble (caisses modulables et éviers déplaçables). L'espace est totalement ouvert et la circulation y est libre, car "de façon circulaire les enfants reviennent toujours". Surtout ils y courent, courent plus de 4 000 mètres par matinée soit environ entre 8 et 12 km par jour ! Étonnant concept d'achitecture moderne au service d'une école moderne !

Lire la vidéo où dans cette amusante conférence, l'architecte lui-même nous guide à travers un processus de conception qui permet vraiment aux enfants d'être pleinement des enfants : https://www.youtube.com/watch?v=J5jwEyDaR-0

Et d'autres encore en parlent également magnifiquement bien aussi, comme Franck LEPAGE (ancien directeur des MJC de France), pour qui le système scolaire actuel ne permet pas de répondre au progrès social ("ascenseur social") et encore moins à l'élévation du niveau culturel global de notre pays (voir aussi "Inculture 1 et 2") : https://www.youtube.com/watch?v=Pr4NlZxztqs

L'importance du lieu pour vivre et apprendre

lit_barreaux_bebe

L'invention de ce magnifique "clapier à bébé" (en photo) permet de revenir sur la question de la justification de la maltraitance des plus petits (OVEO*) comme de l'emprisonnement d'un autre être humain, même "pour son bien" (Alice Miller*), directement liée à celle de Promiscuité et de Liberté.

Alors, peut-être que certains trouveront très pratique ce type de mobilier, si "pas assez de place" ! Mais, pas assez de place pour quoi exactement ? Effectivement, dans les crèches ou halte-garderies, on constate qu'il y a de moins en moins de places par rapport au nombre toujours grandissant d'enfants inscrits dans ces structures d'accueil publiques ou privées... D'ailleurs, comme dans les nombreuses écoles et facultés ensuite, où bien souvent il n'y a "pas assez de place" non plus, dans le bus, le métro, au travail aussi, où toujours "pas assez de place", mais également en prison, où évidemment "pas assez de place", voir même dans les élevages industriels, où encore une fois "pas assez de place", etc, etc. En fait, il semble qu'il n'y ait désormais plus JAMAIS "assez de place" nul part ! Et surtout dans nos grandes villes et institutions...

Mais, arrêtons nous 2 secondes sur le problème initial : est-ce réellement le manque de place ou la densité de population agglutinée au même endroit, au même moment !? Posons nous réellement cette question visiblement de plus en plus essentielle dans notre société comme dans notre quotidien : est-ce bien LEUR/NOTRE place ici ? Avons-nous ou autorisons-nous à autrui suffisamment de place autour de nous/lui/elle, avec assez d'espace, de confort, d'air, de chaleur ou fraîcheur, de nourriture ou boisson, d'hygiène et surtout d'amour et d'attention... C'est un problème majeur, en réalité ! Car, de tout temps, la promiscuité des êtres humains comme des animaux a entraîné de nombreuses violences institutionnelles comme familiales ou éducatives et même justifié de nombreuses atrocités : des tortures ou mutilations animales aux persécutions puis exterminations humaines dans des camps de "concentration", avec notamment parfois des pièces remplies de lits de ce type... quand il y en avait déjà !

En résumé, sachons toujours regarder au delà du simple aspect pratique et technique des choses pour rechercher avant tout l'aspect moral ou éthique derrière. Car, de toute évidence, cela aura d'indéniables impacts sur notre avenir et celui de notre planète, puisque nous ne transmettrons jamais à nos enfants que notre propre vision du monde actuel, de l'espace comme du temps !

- Les parents en parlent aussi...

education alternative

"L'école dont je rêve serai tout d'abord située dans un environnement privilégié (ouverture sur la nature). L'air, à l'intérieur, y serait sain car les peintures, le mobilier, …, ne rejetteraient pas, ou le moins possible, leurs composés toxiques. Ce serait une école où chaque personne, enfant ou adulte (parent, enseignant...) se sentirait bien, écoutée et respectée. L'accueil y serait chaleureux, familial. Une école pleine de joie et de bonne humeur. 

Dans l'école de mes rêves, il n'y aurait pas de niveau par rapport à d'autres, chacun évoluant à son rythme. L'enseignement y serait le plus possible individualisé.  Les spécificités de chacun seraient respectées, les talents naturels valorisés.  Ce serait une école sans pression, sans notes ni devoirs. 

Dans cette école on s'ouvrirait au monde en apprenant une ou plusieurs langues étrangères (pas forcément la même pour tous), en cultivant un lien intergénérationnel, en se liant à d'autres écoles en France ou dans d'autres pays.  On y apprendrait aussi les gestes de premiers secours et d'autres apprentissages non scolaires mais utiles dans notre vie.  Les enfants y seraient éduqués au respect de l'environnement, au respect des autres et des différences de chacun. L'éducation serait bien sûr non violente.

 Dans cette merveilleuse école, il n'y aurait pas de rigidité, chacun pouvant arriver à l'heure qui lui conviendrait le mieux, et parents et enseignants travailleraient ensemble, en toute confiance.  

Enfin, cette école serait accessible à toutes les familles, les frais de scolarité (dans l'idéal il n'y en aurait pas) étant liés aux revenus de chacun..."
Céline, maman de Hugo et de Camille (2011)


- Et les enfants comment en parlent-ils ?
__________________________________
Nous aussi rêvons "l'école de nos rêves" et peignons la au couleur de l'espoir de la voir un jour se réaliser.
Certains la verront peut-être plutôt ainsi  
D'autres encore n'en verront peut-être plus du tout...
D'autres chercheront encore d'autres alternatives 
Le principal étant avant tout de chercher... car, comme le disait déjà en 1969 les parents fondateurs du magazine "l'Enfant et la Vie" : nous sommes tous des "parents chercheurs", désireux de faire au mieux pour nos enfants ; en fonction de notre situation familiale, géographique, financière, etc.
En fait seuls ceux qui pensent avoir trouver, se trompent... Nous sommes en quête perpétuelle et remise en question.
Ċ
CREA.pdf
(26k)
Association DANS LES BRAS,
20 sept. 2011 à 10:15
Ċ
Association DANS LES BRAS,
20 sept. 2011 à 10:17