L'école de la république

demission enseignants
De plus en plus de parents, d'enfants, adolescents et enseignants se plaignent du système scolaire français : trop de classes surchargées, trop de peu de temps et de places ou matériels pour travailler, trop de violences entre enfants mais aussi éducatives et pédagogiques, trop de réformes inutiles, usantes et même toxiques au final et toujours trop devoirs, de notes, d'évaluations et bulletins, trop de pressions et de stress pour tout le monde... Bref, "TROP c'est trop !" clament certains qui finissent, excédés par si peu d'écoute et de communication parents-profs-institutions, par claquer la porte plus ou moins bruyamment. 

En effet, ils étaient déjà 900 profs à démissionner en 2013 et presque 2 000 en 2016, surtout chez les stagiaires du 1er degré (65 stagiaires en 2012-2013 soit 1,08% pour 400 stagiaires en 2015-2016 soit 3,18% : https://www.franceinter.fr/societe/hausse-des-demissions-chez-les-enseignants-depuis-2012 + cf articles plus bas). De l'autre côté, de nombreux parents déçus décident plus ou moins volontairement soit de non-scolariser, soit de déscolariser leurs enfants ou adolescents, même avant l'âge légal des 16 ans en France. Alors que depuis 1980 le nombre d'enfants par classe en Maternelle ne fait que diminuer, passant de plus de 30 élèves en moyenne à 25 élèves, même si cela reste stable ensuite : entre 24 et 23 élèves en Primaire et 28 à 29 élèves au 2ème Cycle ! Raisons pour lesquelles, le Ministère de l'Education National ne cesse de promouvoir la scolarisation précoce des tous petits, aux détriments des conseils d'expert (pédiatres, pédo-psy, psychologues, chronobiologistes, associations de parents et autres). De l'autre côté, depuis les années 1980, le nombres de bacheliers ne cessent, lui, d'augmenter avec surtout les bacs technologiques et professionnel (pour 40,3% des élèves avec 13% de brevets et 28% de CAP, presque autant que pour la filière générale avec 38 % d'élèves dont 15% de BTS et DUT et seulement 29 % de licenciés et +). Alors que les conditions d'accueil de ces collèges et lycées professionnels et "techno" un peu "à part" ne font eux que se dégrader et dépréciés au fur et à mesure des années, surtout dans les ZEP ! 

Cependant, chaque année le budget pour l'éducation par l'Etat français, les collectivités territoriales, entreprises et même ménages est quand même d'environ 146 milliards d'euros dépensés en 2014 et par tous les contribuables en fait ; ce qui représente presque 100 milliards d'euros juste pour l'enseignement scolaire, soit une moyenne de 7 760€/élèves (environ 6 240€ en Maternelle et 6 120€ au Collège) et autour de 6.8% du PIB de notre pays (6.9% aux USA pour des territoires bien plus vastes) - cf chiffres et graphiques ici : http://www.education.gouv.fr/cid57111/l-education-nationale-en-chiffres.html Ceci pour dire déjà que la question cruciale de l'éducation de la jeunesse nous concerne bien TOUS, que nous ayons encore ou non des enfants ou petits-enfants scolarisés ! Voilà pourquoi beaucoup râlent et protestent que c'est exclusivement encore la faute des divers gouvernements successifs qui n'ont jamais réussi à améliorer le "mammouth", voir même à l'enfoncer encore davantage... et pourtant...  

Nous avons bien l'école que nous méritons en France !

Au regard de cette société d'adultes déjà complètement sous pression, toujours pressée, à bout de souffle et au bord de l'explosion ! Obsédée par la recherche constante de plus de performances, rentabilités, efficacités, notations, paperasseries exponentielles, normes ++ hygiènes et sécurités ; en réalité très surestimées d'ailleurs, surtout dans les lieux publics ou privés, toujours plus grands, neufs, aseptisés en apparence "modernes" mais davantage pollués, toxiques, contaminés comme la Terre, l'Air ou l'Eau qu'elle exploite et maltraité honteusement...

Une Société française ou l'Avoir est toujours plus important que l'Etre, ou la Science et la Médecine d'Etat remplace les anciennes Religions et domine désormais l'Art et la Philosophie, donc où TOUT est mesuré, calculé, pesé, étudié, analysé, disséqué pour soit disant "contrôler" puis hiérarchiser, classer, ordonner, normaliser-standardiser... Ou pas (ou peu) de temps pour jouer, chanter et danser comme avant ensemble aux fêtes du village ou autres cérémonies festives familiales ou amicales, etc. Alors certes, toujours activités sportives ou artistiques (pour certains du moins pas la majorité non plus), mais toujours dans la vitesse et la précipitation ! Une société où on travaille quasi tous comme des fous pour finir nos propres devoirs-dossiers à temps, où on part parfois en vacances si on encore le temps et surtout l'argent, où on a peur de TOUT : perdre son boulot, son salaire, son conjoint, ses enfants, ses amis, sa maison ou son chien... et tout cela se transmet inévitablement aux plus jeunes, miroir de nos existences !

Observer bien dans vos propres activités, métiers comme au quotidien, si vous même ne faites pas indirectement et inconsciemment subir à nos enfants depuis leurs naissance vos rythmes frénétiques, vos connections et outils de communication chronophages, vos doutes et peurs, vos colères et frustrations, vos propres projections, exigences de performance et de perfections... même dans l'Ecologie et parentalité bienveillante, même dans l'IEF ou autres projet de vie dit "atypique", etc.

Oui ! Je dis que nous avons bien créé et entretenu nous même les écoles que nous méritons actuellement ! Déjà parce que nous même sommes incapables de faire autrement, de refuser de faire autrement aussi : sans devoirs, ni notes et évaluations, examens, sans BAC et surtout sans diplôme ou formation ensuite !! Même la course à l'auto-formation, en fait, reste un conditionnement social typiquement français... sans parler des normes et exigences légales vers ++ de sécurité et hygiène encore, qui nous poussent, comme nos jeunes, à la peur d'entreprendre, à la phobie de l'échec (impardonnable ici) et donc aussi à l'inactivité voir oisiveté.

En réalité, VOUS ne changerez VOS écoles que si vous acceptez pas de changer d'abord VOUS même... et non d'abord vos mômes et environnement ! Trop facile d'exiger d'autrui ce qu'on est soi même incapable de faire : la recherche de la simplicité d'abord, la reconnaissance des valeurs, émotions et sensations pour l'amélioration de nos communications et relations, la valorisation de la Parole juste du Sage sans titre ni gloire davantage que celle de la connaissance du Savant diplômé et célèbre, (nos propres expériences voir intuitions étant plus importantes) et parfois aussi la recherche du Silence constructeur (acceptation-communion) et non destructeur (musèlement-révolte), la nécessaire et sublime Lenteur pour trouver la PAIX, avec soi même d'abord comme les autres ensuite ; ce qui ne signifie pas nullement la PASSIVITE et acceptation d'abus envers soi ou autrui !

Sans cela nous aurons beau faire nous ne ferons jamais que des "réformes cosmétiques", superficielles et donc inutiles voir dommageable pour les jeunes comme pour les adultes qui les accompagnent... un moment ! Mais quel moment important !

_____________________________

Ecouter et lire en priorité : http://rmc.bfmtv.com/emission/de-plus-en-plus-de-profs-demissionnent-l-ecole-publique-vit-son-dernier-souffle-1077726.html

Ici aussi sur les démissions : ( https://www.franceinter.fr/societe/hausse-des-demissions-chez-les-enseignants-depuis-2012

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2017/01/05/01016-20170105ARTFIG00301-de-plus-en-plus-d-enseignants-demissionnent.php

http://www.20minutes.fr/societe/1990295-20170105-demission-prof-stagiaire-si-continue-pete-cable

Sur la non scolarisation : http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2016/11/18/01016-20161118ARTFIG00007-education-l-alerte-du-defenseur-des-droits.php


Comments