Les couches lavables en crèche...

couches lavables
Avec le développement du concept de "développement durable", la volonté des gouvernements de droite comme de gauche de réduction des déchets et la taxation des poubelles dans certaines communes, les collectivités locales se sont mises alors réfléchir à leur impact environnemental et notamment à l'utilisation des couches lavables. C'est l'ADEME (Agence De l’Environnement et de la Maîtrise de l'Energie) qui est en charge de regrouper et de soutenir les projets d'utilisation de couches lavables dans les structures : dans les crèches d'abord, les halte-garderies puis dans les maternités, etc. 


La région Lorraine (Moselle) fut même une région pilote, comme en atteste ce rapport :


"En 2009, la crèche municipale de Réding expérimente une opération pilote de couches lavables. Ce projet est issu d’un partenariat entre la Communauté de Communes de l’Agglomération de Sarrebourg, la municipalité de Réding et une habitante de Réding qui avait la volonté de créer sa propre micro-entreprise de type Eco-laveur. Parallèlement à ce test, la création de 2 micro-entreprises locales va favoriser le déploiement du dispositif « couches lavables » sur le territoire de l’Arrondissement.

Une blanchisserie « Bulle de linge » s’est implantée à Sarrebourg pour le lavage des vêtements de maisons de retraite. Elle s’intéresse également au marché des protections anatomiques lavables. Depuis la mise en place de la redevance incitative à la levée, plusieurs institutions se montrent réceptives pour s’engager dans un dispositif de couches lavables, notamment la maternité et le Relais Parents Assistants Maternels de Sarrebourg. (...)" (voir article Républicain Lorrain en PJ)

Depuis d'autres crèches ou halte-garderies, CHU (maternités, services de néonatologie...) se sont engagés ensuite dans le "retour aux lavables", autant par soucis de préservation de l'environnement, que de santé pour les enfants, ainsi que d'économie...


RAPPEL LES COUCHES JETABLES : UNE VRAIE CATASTROPHE ÉCOLOGIQUE, ÉCONOMIQUE & SANITAIRE !  
  • couches jetablesUn coût écologique : une véritable catastrophe écologique d'abord, car lorsqu'on pense à la composition des couches jetables elles-mêmes, on frissonne : avec tous ses composants chimiques et notamment la poudre absorbante en TBT (suspectée de dérèglement hormonale), la Dioxine (potentiellement cancérigène), le Toluène, l'Ethylbenzène Xylène et le Dipentène (composés organiques volatiles potentiellement allergisants), plus tous ceux qu'ont ne connait pas toujours non plus... Avec principalement la cellulose qui la compose et qui est directement issue des fibres du bois (5,6 millions d'arbres abattues pas an juste pour la France), plus toutes les fibres textiles synthétiques en plastique, donc issu de l'industrie pétrochimique (47000 tonnes/an de pétrole brut pour la fabrication), et tous les autres thermocollant, élasthanne pour élastiques, etc. Sans parler non plus du coût énergétique pour la fabrication des couches jetables, mais aussi pour leurs emballages et surtout leurs publicités sous toutes les formes par des centaines de marques différentes partout dans le monde... Sans parler non plus du gaspillage de milliard de litres d'eau, etc. Car, même si on lave et sèche fréquemment ses couches lavables chez soi (même au sèche-linge, radiateur de salle de bain, ou mieux dehors au soleil ou devant le fourneau...), il faudra 3,5 fois moins d'énergie et 2,3 fois moins d'eau que pour la fabrication des couches jetables qui génèrent, elles, plus d'1 tonne de déchets pour 1 seul enfant ! Ce sont donc 3 milliards de couches qui sont enfouies chaque année dans le sols de nos déchetteries et qui ne disparaîtront, par contre, que dans plus de 200 ans. Sans compter non plus la pollution atmosphérique, etc. Bref, la fabrication et l'utilisation des couches jetables est donc, pour plusieurs raisons, encore mille fois plus polluante que la fabrication et l'utilisation des couches lavables, sans compter non plus le budget que cela représente par foyer comme pour la collectivité. 

  • Un coût économique : En effet, en moyenne, un enfant devrait utiliser plus de 5 000 couches jetables durant ces 3 premières années, âges moyen de l'acquisition de la propreté en France, mais qui n'est pas forcément le cas ailleurs dans le monde. Enfin, cela devrait représenter (en fonction du choix de la marque, du poids et de la fréquence des changes, etc.) entre 500 € et 5000 €/enfant. Alors que pour l'achat de 20 couches lavables (10 changes/jour + 10 changes en lavage et séchage), cela représenterait environ entre 300 € et 1000 € (lavage et séchage inclus) pour des couches réutilisables parfois pour 2 voir 3 enfants ou être revendu ou offert par la suite... Ce qui fait donc des économies encore plus importantes aux familles comme à notre société, en générale !  

  • Un coût sanitaire : Surtout que les couches lavables ne contiennent aucun produit chimique et sont antibactériennes, antifongiques, anti-allergéniques et laissent la peau de bébé mieux respirer avec une température largement moins élevée ; alors. Alors qu'une couche jetable étanche entraîne réchauffement et compression des testicules, développement de germes, d'irritations, de rougeur ou lésions de la peaux, voir d'érythèmes fessiers récurrents, d'allergies, etc.  De plus, cela rend indispensable l'utilisation de couches épaisses de crèmes soi-disant "hydratantes et apaisantes", mais qui sont aussi remplies de produits chimiques toxiques comme les parabens, glycoles, -éthylènes, etc. Rappelons tout de même que la peau d'un enfant n'est pas conçue pour rester en milieu fermé et humide plusieurs heures de suite, autant en couches lavables qu'en couches jetables. Il faut donc l'aérer et le changer régulièrement et fréquemment la journée, si possible toutes les 2-3 heures voir moins s'il est réveillé. Bref, les avantages sanitaires, écologiques et économiques des couches lavables sont indéniables et incalculables ! 
AUTRES INFORMATIONS :  

Chaque année venez découvrir la Semaine Internationale de la Couche Lavable
 à laquelle certaines collectivités locales commencent à s'intéresser, Voir aussi un site général d'informations sur le sujet :


Et également d'autres études et rapport sur ces crèches novatrices, lire plus bas :

Ċ
Association DANS LES BRAS,
17 déc. 2013 à 12:43
Ċ
Association DANS LES BRAS,
17 déc. 2013 à 12:43
Ċ
Association DANS LES BRAS,
17 déc. 2013 à 12:42
Ċ
Association DANS LES BRAS,
17 déc. 2013 à 12:40
Ċ
Association DANS LES BRAS,
17 déc. 2013 à 12:46