Les thématiques‎ > ‎La naissance‎ > ‎

La maternité de votre choix

Oui, on peut vivre aussi une belle naissance à la maternité de son choix ! 

Si vous l'avez choisi et préparé, que ce choix vous semble le plus approprié pour votre situation personnelle, que vous vous y sentez avant tout parfaitement en sécurité, en accord avec le personnel soignant qui est là 24h sur 24 pour vous, votre conjoint et votre futur enfant, alors n'hésitez pas ! Il ne faut pas stigmatiser un lieu parce qu'on vous en a dépeint un tableau trop noir ou trop rose... Par contre, cela ne vous empêche pas non plus de vérifier auparavant que cette hôpital-ci vous accueillera dans les meilleures conditions possibles lorsque le jour J arrivera. C'est à dire qu'il faut s'autoriser à demander, à poser des questions, même si elles vous semblent évidentes ou que vous pensez, à priori, ne pas avoir à les poser... C'est justement parce que vous pensez ne pas avoir à les poser qu'il faut les poser avant la naissance.

Voici par exemple, 10 questions qui vous pourriez poser :
  1. Déclenchement & examens : A partir de combien de jours (semaines aménorrhées) déclencher vous un accouchement si celui-ci ne démarre pas naturellement ? Avec quel type de produits et puis-je les refuser si je crains pour ma santé et celle de mon bébé ? Puis-je refuser également les examens invasifs douloureux comme les touchers vaginaux répétitifs, l'épisiotomie ou encore l'expulsion manuelle du placenta, etc. ?
  2. Accueil : Comment se passe l'accueil et l'arrivée en salle de travail ? A quel moment entre-t-on en salle d'accouchement ? Qui décide du moment ?
  3. Suivi global ou semi-global : Est-ce toujours la même sage-femme qui me suivra tout au long de l'accouchement et de la délivrance ? Est-ce que ma sage-femme libérale ou ma doula peuvent venir se relayer auprès de moi et du papa ? Sinon pour quelles raisons valables ?
  4. Gestion de la douleur : Si je ne souhaite pas de péridurale, quels sont vos autres propositions pour soulager la douleur (bain, acupuncture, homéopathie, chants, balancement, ballon, etc.) ? Si je souhaite une péridurale, à quel moment me conseillerez-vous de la faire ? Puis-je changer d'avis entre temps, sans harcèlements ? Combien de temps met en moyenne un anesthésiste pour venir en salle de naissance ? Qu'est-ce qu'une rachianesthésie ? Combien de fois et jusque quand recevrais-je des doses régulières ? Quels sont les risques pour moi et mon enfant ? 
  5. Ecoute et mouvements : Pourrais-je boire et grignoter à ma guise ? Pourrais-je bouger à ma guise et sans appareils partout ? Avez-vous prévu des monitorings ambulatoires et des cathéters obstrués si des perfusions sont nécessaires durant la phase de "travail" ? Est-ce que je peux choisir moi-même toutes les positions d'accouchement qui me conviendront dès le départ et durant l'expulsion ? Ou est-ce que vous n'en accepter que 1 ou 2 plus "classiques" et pourquoi ? 
  6. Césarienne ou opération : Que se passe-t-il en cas de complications ? Est-ce que le papa peut venir avec moi en salle de chirurgie ? Où se placera-t-il et que lui laissera-t-on faire ensuite avec bébé ? 
  7. Contacts et peau-à-peau : Pourra-t-on, lui ou moi, prendre notre bébé en peau-à-peau le plus vite possible ? Combien de temps nous laissera-t-on ainsi bébé avant les soins, si mon état de santé est bon ?
  8. Examens et soins : En quoi consiste ses premiers soins et examens exactement et est-il possible de les faire à côté de moi si je vais bien ou avec le papa sinon ? Sont-ils absolument nécessaires si bébé va bien et s'il tête tranquillement déjà ? Peut-on attendre 1 jour ou 2, par exemple, pour lui faire certains soins ou donner le bain (et uniquement avec moi ou le papa) ?
  9. Gestion du sommeil : Aura-t-on automatiquement une chambre simple avec douche individuelle (moins de visites) ? Si, non, combien de temps cela dure-t-il en moyenne avant d'en avoir une ? Est-ce que mon conjoint peut dormir les premières nuits avec nous pour me relayer auprès du bébé ?  
  10. Allaitement maternel : Quel est votre taux d'allaitement exclusif à la sortie de la maternité ? Et est-ce que l'ensemble du personnel soignant a reçu plusieurs formations sur la mise en route et la poursuite de l'allaitement ? Avez-vous une consultante en lactation ou quelqu'un ayant un DIU d'allaitement dans le service ?
Liste non exhaustive, à rallonger ou raccourcir selon vos souhaits et votre situation personnelle et qui pourra ensuite vous servir à nouveau pour élaborer votre projet de naissance. 

De plus, essayez également d'aborder les 10 recommandations de l'OMS-UNICEF pour l'Initiative Amis des Bébés (IHAB), afin notamment de connaitre la politique générale de l'établissement hospitalier vis à vis des marques de laits industriels (post-it, affiches, prospectus, "boîtes roses" et autres cadeaux, "tours de lait", etc.) et des visites régulières ou non des conseillers médicaux payés par les laboratoires pharmaceutiques ou par les industriels de l'agro-alimentaire (dons, conférences, voyages, matériels médicales, etc.). Ont-ils signés, par exemple, une charte éthique pour protéger les parents et leurs enfants des publicités commerciales trop agressives ? 

Et puis surtout : Quel sont leur taux de déclenchements, de péridurales, d'épisiotomies, de césariennes, etc. ? Cela ne semble qu'être des chiffres impersonnels, de froides statistiques, mais en réalité cela peut donner de bonnes indications sur les protocoles et traitements de routine imposés parfois aux femmes comme aux enfants...

Mais sachez qu'heureusement il existait encore en France quelques maternités "pilotes" qui tentent toujours désespérément, parfois même sans soutien, ni aide financière, d'améliorer les conditions de naissance dans leurs services. Donc il faut bien se renseigner sur les pratiques des lieux de naissance que vous avez choisi. Ainsi, par exemple, les Maternités de Besançon et de Nanterre sont désormais connues pour avoir des taux d'épisiotomie les plus bas de France : "Il y a des maternités en France qui ont une politique de réduction massive des épisiotomies. C’est le cas à Besançon, maternité de niveau III qui publie régulièrement ses résultats. Actuellement ils en sont autour de quelques 1,5% des voies bassesA Nanterre, maternité non universitaire, en 2015 nous sommes à 2,5%. C’est encore trop de mon point de vue." (Dr Benoît de SARCUS, Chef de Service du CHU de Nanterre - en PJ). Car il existe donc TOUJOURS des moyens de faire mieux, d'être différents et de traiter surtout chaque femme différemment des autres...

Sachez aussi rester exigeante, mais pas trop ! Rester ferme mais avec le sourire, si possible, car avec un peu d'humour, ça passe souvent bien mieux... Et surtout sachez négocier ou imposer vos choix au bon moment en l'expliquer bien auparavant à votre conjoint : quand et comment le faire à votre place, si nécessaire. Garder cependant toujours à l'esprit que : c'est toujours vous qui devez décider à chaque instant de VOTRE accouchement ce qui est le mieux pour vous et votre enfant, et non autrui ! 

Article 1111-4 : « Aucun acte médical ni aucun traitement ne peut être pratiqué sans le consentement libre et éclairé de la personne, et ce consentement peut être retiré à tout moment ». (Loi Kouchner)

Ainsi, en restant active (actif), et non passive (passif), le jour de la naissance de votre petit, vous commencerez immédiatement à vous sentir réellement Mère et Père de cet enfant et vous permettrez également à bébé de devenir à son tour de plus en plus actif (et non passif) pour trouver facilement le chemin vers votre sein, votre lait... et votre cœur. 
________________________________________________

Voir informations supplémentaires :




ATTENTION NE PAS VISIONNER SI VOUS ÊTES ENCEINTE OU EN POST-PARTUM : VIDEO TRES VIOLENTE ! 
(Violences Obstétricales aux USA : en effet, on y voit ici une américaine se faire charcuter par un gynécologue de 12 coups de ciseaux malgré ses refus répétés de l'épisiotomie (propos raciste anti-hispanique en plus) ! Après sa boucherie, ce monsieur tire royalement sur la tête du bébé et froidement le retourne à son tour sur le dos dans la même position de soumission que sa mère et l'aspire sans tendresses ni remords plusieurs fois, avant ENFIN de le lui jeter sur les seins comme un gros paquet emballé... Et cela sous les cris de joie de toutes ces femmes (dont la grand-mère qui filme tout en détails), complices dociles, complètement inconscientes du drame, massacre et cruauté qui viennent de se jouer ici !  

Vidéo YouTube




Ċ
Association DANS LES BRAS,
22 juil. 2016 à 08:34
Ċ
Association DANS LES BRAS,
16 févr. 2015 à 06:05
Ċ
Association DANS LES BRAS,
22 juil. 2016 à 08:33
Ċ
Association DANS LES BRAS,
16 févr. 2015 à 06:06