Les thématiques‎ > ‎La naissance‎ > ‎

Le retour précoce : HAD

On entend souvent par "retour précoce" une "hospitalisation à domicile" ou HAD en post-partum précoce : càd le jour même ou le lendemain de la naissance. M
ais, peut-on parler "d'hospitalisation" lorsqu'une femme n'est pas malade, mais vient simplement de donner la vie, est normalement épuisé de cela et a, donc, surtout besoin de se reposer ? Ainsi, certaines femmes penseront mieux dormir chez elle dans leurs propres draps, se doucher ou manger quand bon leur semble et aux rythmes surtout des besoins de bébé, auprès des siens plutôt qu'à l'hôpital ; alors que pour d'autres ce sera plutôt le contraire parce que chez elle elles ne se sentiront pas en paix ! 

Encore une fois, il s'agit avant tout d'un choix personnel à envisager au cas par cas en fonction de la situation familiale, du déroulement de l'accouchement (sans soucis majeur et sans péridurale ou autres anesthésiants), mais également en fonction de l'état de santé de la mère et de l'enfant, comme des possibilités pratiques de retour précoce vécu avec un ou deux personnes disponibles 24h/24 durant au minimum 3 à 5 jours.

En fait, la question tient moins dans le fait de rentrer ou non plus tôt de la maternité, mais surtout d'être soutenue par vos proches et accompagnée lors du retour au domicile par un ou des professionnels de santé préalablement informés (votre sage-femme libérale, la puéricultrice de PMI, votre médecin généraliste, etc.) - lire texte en PJ. Mais, il est essentiel également d'être soutenue par une tierce personne jour et nuit durant au minimum une semaine : mamie, soeur, cousine, voisine, doula, etc. Une présence si possible féminine, différente de celle du père, souvent lui aussi un peu chamboulé et fatigué lors de ces intenses moments d'émotions. 

Ces personnes seront autant prévues pour la gestion du quotidien que pour les soins nécessaires à la mère comme à l'enfant et pour soutenir ses choix de maternage (allaitement, portage, massage bébé ou HNI...), afin de faciliter un repos réparateur pour TOUS. Et, là, on n'est jamais trop nombreux pour se relayer (pas en même temps donc)... Car, on voit trop souvent certains mères, ayant parfois vécues une césarienne, une naissance multiple ou même difficile, doutées ou surestimées leurs capacités et essayées surtout de reprendre trop rapidement leurs activités quotidiennes pour ensuite s'épuisées physiquement et psychologiquement durant les semaines ou mois qui suivent. Le baby blues, le burn-out ou la dépression du post-partum ne seront, alors, plus très loin... et tout le monde s'étonnera ensuite de l'épuisement chronique des jeunes "wonderwomen" modernes !

Car, il faut sans cesse rappeler qu'un post-partum réparateur devrait être d'au moins 40 jours de repos à la maison avec 10-15 jours minimum au lit et si possible en pyjama avec bébé auprès de soi. En bref, si vous vous habilliez, vous êtes "fichue" ! Votre entourage oubliera que vous êtes "en période de convalescence" et vous en demandera toujours davantage - y compris vos proches. En France, les gens ne savent généralement plus respecter ce temps de repos-là. Ils oublient malheureusement que les jeunes accouchées ont davantage besoin d'aides techniques que de conseils/consignes théoriques lors de la naissance de leur(s) enfant(s).

Donc, selon vos possibilités, faites-vous aider par votre sage-femme, puéricultrice, médecin, mère, grand-mère, amie, sœur, voisine, collègue, aide à domicile ou par une doula expérimentée...
mais surtout préparer bien cela avant pour mieux vivre sereinement après la naissance. 
 
PARCE QUE VOUS MÉRITEZ BIEN AUSSI UN PEU DE REPOS APRES AVOIR DONNER LA VIE !   
Ċ
Association DANS LES BRAS,
10 mars 2010 à 00:09
Ċ
Association DANS LES BRAS,
4 mars 2010 à 01:48
Ċ
Association DANS LES BRAS,
4 mars 2010 à 10:33